Passer au contenu Passer à la navigation Accéder au formulaire de recherche

L’ANPAA 15 : accueillir, prévenir et accompagner.

24 avril 2018

L’activité physique régulière pour retrouver confiance en son corps, ses capacités… C’est là tout l’objet du programme d’activités physiques adaptées, mis en place durant quatre ans, au sein des centres d’Aurillac et Mauriac de l’ANPAA.

 

“Travailler sur l’aspect physique mais aussi sur l’aspect social, se retrouver à plusieurs, échanger… C’est un puissant moteur de motivation pour enclencher d’autres choses par la suite”, explique Marie Serre, infirmière au sein de l’ANPAA 15.

 

Présente sur l’ensemble du territoire cantalien, grâce à son site principal basé à Aurillac et ses antennes à Mauriac et Saint-Flour, l’ANPAA assure une mission d’accueil, d’information, de prévention d’accompagnement et de soins.

 

À Aurillac, le Centre de Soins d’Accompagnement en Addictologie (CSAPA) accueille les personnes ainsi que leur entourage, lors de consultations gratuites afin d’évaluer et de prendre en charge leurs problématiques addictives.

Dans le but de favoriser un égal accès aux soins pour tous et un accompagnement de proximité, l’équipe de l’ANPAA 15 assure également des visites à domicile. Un service de prévention assure également une démarche d’éducation, de formation et de promotion de la santé tant auprès du public que des professionnels .

 

“En parallèle, nous proposons des ateliers thérapeutiques appuyés sur la médiation corporelle et la remédiation cognitive qui permettent de travailler notamment sur la mémoire, l’orientation…, précise l’infirmière de l’ANPAA 15.

Nous avons poussé plus loin cette démarche de médiation corporelle en mettant en œuvre un programme activités physiques adaptées, encadré par une éducatrice de la Gym Volontaire.”

 

Des ateliers sportifs vecteurs de lien social.

 

Céline Marge, animatrice au sein de l’Association Gym Volontaire a animé les séances d’activité physiques durant le programme. Renforcement musculaire, marche, étirement, souplesse…mais pas seulement. C’est toute une dynamique de groupe qui s’est enclenchée durant ces ateliers.

 

“J’ai pu noter des évolutions considérables au niveau physique, notamment sur la souplesse, l’équilibre, mais surtout au niveau social. Je suis peu habituée à un tel engouement, une telle impatience pour ce moment “sportif” de la part des participants.

 

Les principaux apports de ces ateliers se traduisent notamment au niveau de l’hygiène de vie : l’activité physique leur permet de prendre de nouvelles habitudes, les relancer dans une dynamique. C’est aussi un moment convivial, en petit groupe, durant lequel chacun peut échanger, partager. Des liens particuliers se sont créés entre les participants.

 

Poursuivre les efforts de manière autonome.

 

Au début du parcours, chaque participant a rencontré le médecin de l’ANPAA, afin qu’il puisse donner son accord à une reprise d’activité physique. En amont, la directrice, les deux infirmières de l’ANPAA et moi-même prenions un temps afin d’aborder les capacités et compétences sur lesquelles il serait intéressant d’insister comme par exemple la mémoire, l’équilibre…”

 

“Dans un premier temps, nous avons eu des difficultés à mobiliser les personnes, ajoute Marie Serre. Intégrer une activité physique implique également de reprendre confiance en soi, sortir de son isolement. Il y a tout un travail à mener autour du sentiment de honte, de culpabilité qu’ils peuvent ressentir notamment au travers d’une activité collective”

 

Ce programme a pris fin en décembre 2017, déjà porteur auprès des pratiquants, qui pour certains ont pris le chemin d’un club, une association pour continuer de manière autonome à pratiquer une activité.

 

“La participation de Louise Clerc, chargée d’accompagnement du DAHLIR, à la fin des séances d’activités, a permis plusieurs “passages à l’action” dans des clubs. L’une d’entre eux poursuit régulièrement son activité. Pour l’un, il s’agit de s’initier à l’informatique. Un premier essai en gym adapté aura prochainement lieu à Mauriac. L’accompagnement du DAHLIR permet de poursuivre dans une belle dynamique.”

 

Copyright - Dahlir 15 (http://dahlir15.fr)

Devenir bénévole du DAHLIR

Un après-midi santé pour prévenir et informer