Passer au contenu Passer à la navigation Accéder au formulaire de recherche

« Toutessport ! » avec le CIDFF 15

8 mars 2019

“Pour les femmes que nous accompagnons ce n’est que très rarement un choix de rester sans activité professionnelle. Pratiquer une activité physique peut ainsi être un premier pas, avant d’enclencher d’autres choses…”

Kirsten Blachetta, conseillère en insertion du CIDFF 15.

 

Dans le cadre de ses activités en faveur des droits des femmes, le CIDFF 15 a récemment mis en place le projet “TouteSport !”. Conseillère en insertion au sein de cette association, Kirsten Blachetta revient sur le déploiement de ce dispositif dans l’un des quartiers prioritaires de la ville d’Aurillac ainsi que sur le territoire de la Châtaigneraie cantalienne.

 

À qui s’adresse le projet “TouteSport !” ?

 

Ce dispositif s’adresse aux femmes en recherche d’une activité professionnelle. Il vise à leur permettre de se sentir mieux dans leur corps, en s’engageant dans une activité. C’est aussi une façon de développer des liens sociaux entre les participantes, ainsi que de l’entraide.

Les femmes que nous accompagnons ont souvent perdu confiance en elles. Le fait d’être sans activité professionnelle est rarement un choix de leur part. Leur permettre de s’engager dans une activité physique est un premier pas qui peut permettre d’enclencher d’autres choses.

 

“TouteSport !” va se dérouler au long de cette année civile. Il est possible d’intégrer le programme à tout moment durant l’année.

Nous avons déterminé deux champs d’intervention : le quartier de Marmiers et le territoire de la Châtaigneraie cantalienne.  Dans ce dernier contexte, nous intervenons à la fois sur le projet “TouteSport !” mais aussi plus largement sur l’insertion des femmes en milieu rural.

 

En quoi ce projet vous paraît-il moteur pour la réinsertion sociale et professionnelle des femmes ?

 

“TouteSport !” est un projet totalement en cohérence avec l’action que nous menons notamment avec l’AFAPCA “Impact 15”.

La plupart du temps, les femmes que nous accompagnons ne se rendront pas d’elles-mêmes dans un club ou une association pour pratiquer une activité de loisirs. Nous attendons beaucoup de l’apport du DAHLIR sur cette thématique.

 

Elles ont aussi souvent des représentations faussées du terme « sport ». Nous souhaitons leur faire prendre conscience que la randonnée, la pétanque ou bien d’autres sont également des activités physiques et qu’il y a maintes activités à découvrir sur la ville.

 

D’autre part, la garde d’enfants peut aussi être un frein à leur pratique.

Cela fait partie du diagnostic que nous allons mener avec elles sur le territoire, en vue de mieux connaître les éventuels manques ou freins à une pratique.

 

 

De quelle manière s’est construite la collaboration avec le DAHLIR ?

 

Le DAHLIR 15 est membre du COPIL du projet “TouteSport !”sur les deux sites dans le Cantal. Nous avons bien saisi l’importance de faciliter les premiers pas vers un club, ou une association.

 

Voilà une semaine que le projet “TouteSport !” est lancé. Nous envisageons de faire intervenir la chargée d’accompagnement DAHLIR afin qu’elle puisse présenter le dispositif aux participantes. Cela peut être un outil très utile pour celles qui le souhaitent.

 

Copyright - Dahlir 15 (http://dahlir15.fr)

DAPAP 15 : Sport, Santé et Bien-Être dans le Cantal !

Lucas, footballeur en herbe !